Coureurs Automobiles Alfa Romeo | Alfa Romeo Canada

Design emblématique exclusif

Découvrez toutes les étapes de l'histoire légendaire d'Alfa Romeo

Enzo Ferrari

1923ALFA ROMEO RL
Enzo Ferrari et la Scuderia Ferrari assis sur une Alfa Romeo RL 1923 Enzo Ferrari et la Scuderia Ferrari assis sur une Alfa Romeo RL 1923
Enzo Ferrari, fondateur de la marque automobile Ferrari, a amorcé sa carrière par un bref séjour à titre de pilote d’essai au sein de C.M.N. (Costruzioni Meccaniche Nazionali). Il a rapidement été promu au rang de pilote de voiture de course avant de quitter ses fonctions pour courir au sein de l’écurie Alfa Romeo, tout d’abord dans le cadre d’événements et de courses d’envergure mineure. Toutefois, à la suite de sa victoire de la Coppa Acerbo en 1924, Ferrari s’est vu offrir la possibilité de courir dans des compétitions plus prestigieuses.
Il a décliné l’offre et a plutôt concentré ses efforts sur le développement et la gestion des voitures Alfa Romeo, formant une équipe de pilotes dont le légendaire Tazio Nuvolari faisait partie. En quittant Alfa Romeo, Ferrari a fondé Scuderia Ferrari, bien que sa participation auprès d’Alfa Romeo se soit poursuivie pendant des années.

Ugo Sivocci

1923ALFA ROMEO RLTF
Ugo Sivocci au volant d’une Alfa Romeo RLTF 1923 Ugo Sivocci au volant d’une Alfa Romeo RLTF 1923
Pilote de voiture de course italien, Ugo Sivocci occupe une place spéciale dans l’histoire d’Alfa Romeo. Il a commencé sa carrière en 1920 lorsqu’il a été embauché par Alfa Romeo pour courir aux côtés d’Enzo Ferrari et d’Antonio Ascari, formant une écurie de trois pilotes. Plus tard, il prit le volant d’une Alfa Romeo RL, remportant de nombreuses courses et rehaussant son statut de pilote, particulièrement après avoir remporté le Targa Florio de façon éclatante en 1923. Malheureusement au cours de la même année, Sivocci perdit tragiquement la vie dans un accident en mettant la nouvelle Alfa Romeo P1 à l’essai sur le circuit de Monza. Son Alfa Romeo P1 était dépourvue du trèfle vert traditionnel (« quadrifoglio verde ») sur la carrosserie, considéré comme un porte-bonheur. Depuis cette tragédie, toutes les voitures de course Alfa Romeo portent le symbole « Quadrifoglio Verde » sur leur carrosserie.

Antonio Ascari

1925ALFA ROMEO P2
Antonio Ascari au volant d’une Alfa Romeo P2 1925 Antonio Ascari au volant d’une Alfa Romeo P2 1925
La prestigieuse carrière, quoique tragique, d’Antonio Ascari en course automobile l’a incontestablement hissé au rang de légende. En 1919, Ascari pilotait des voitures de course dans les compétitions les plus prestigieuses d’Italie et ce n’était qu’une question de temps avant qu’il commence à piloter pour Alfa Romeo. Bien qu’il connut du succès à bord de voitures Alfa Romeo dans le cadre de divers événements au début des années 1920, Ascari remporta sa première victoire importante en 1924 au volant d’une Alfa Romeo P2 en devenant le premier pilote italien à gagner le Grand Prix d’Italie à Monza.
La domination impressionnante d’Ascari au Grand Prix de Belgique de 1925 laissait présager une autre année remplie de succès pour le pilote de 36 ans. Malheureusement, sa carrière et sa vie ont été fauchées lors d’un accident au Grand Prix de France de 1925 alors qu’il roulait en tête de peloton avant l’incident. Son fils, Alberto Ascari a ensuite perpétué l’héritage de coureur de son père en pilotant des voitures de Formule 1 avec beaucoup de succès dans les années 50.

Tazio Nuvolari

1932ALFA ROMEO P3
Tazio Nuvolari assis sur une Alfa Romeo P3 1932 entourée de gens Tazio Nuvolari assis sur une Alfa Romeo P3 1932 entourée de gens
Tazio Nuvolari est généralement considéré comme un pilote de motocyclette et de voiture légendaire. Comptant 150 victoires au total, dont 72 ayant été remportées dans des courses majeures, il a forgé sa réputation comme étant l’un des héros historiques des sports motorisés. Au début des années 1930, Nuvolari a couru pour Alfa Corse, l’écurie de course de l’usine Alfa Romeo, et a remporté des événements majeurs comme le championnat d’Italie et d’Europe, le Mille Miglia ainsi que le Targa Florio. Il est devenu célèbre non seulement pour ses exploits impressionnants, mais aussi pour ses manœuvres osées pendant les longues courses de 10 heures déterminées par les règlements des Grands Prix.

Juan Manuel Fangio

1951ALFA ROMEO 159
Juan Manuel Fangio au volant d’une Alfa Romeo 159 1951 Juan Manuel Fangio au volant d’une Alfa Romeo 159 1951
Né en Argentine, Juan Manual Fangio est largement considéré comme l’un des plus grands pilotes de Formule 1 de tous les temps en raison de sa domination pendant la première décennie des courses de Formule 1. En 1950, Fangio a commencé à piloter pour Alfa Romeo, remportant trois courses dans le cadre du premier Championnat du monde des pilotes au volant d’Alfettas d’avant-guerre pour finalement gagner le titre en 1951. Il poursuivit sur sa lancée victorieuse au cours d’autres championnats pour le compte d’Alfa Romeo, dont les Grands Prix de Suisse, de France et d’Espagne.

Niki Lauda

1978BRABHAM-ALFA ROMEO
Niki Lauda, trois fois champion du monde de Formule 1, a d’abord suscité l’admiration comme pilote au cours de sa carrière avec Ferrari dans les années 1970. Cependant, à la suite d’un grave accident, Lauda a quitté Ferrari et s’est joint à l’écurie Brabham-Alfa Romeo de 1978 à 1979. Pendant cette période, il a remporté plusieurs courses prestigieuses.
Sa victoire la plus marquante a été celle du Grand Prix de Suède alors qu’il était au volant de la controversée « voiture ventilateur », un véhicule auquel était intégrée une technologie audacieuse et radicale, comme un ventilateur qui générait une déportance. Peu après, Lauda a pris sa retraite avant de faire un retour en Formule 1 pour remporter son troisième championnat.

Nicola Larini

1993ALFA ROMEO 155 V6 TI
Vue avant de l’Alfa Romeo 155 V6 TI 1993 Vue avant de l’Alfa Romeo 155 V6 TI 1993
Nicola Larini, l’un des plus illustres pilotes de l’histoire d’Alfa Romeo, a connu une longue carrière, participant à diverses catégories de courses dont la Formule 1, le DTM (Deutsche Tourenwagen Meisterschaft), la Formule 3, la Superturismo, le WTCC (Championnat du monde des voitures de tourisme), l'ETCC (Championnat d’Europe FIA des voitures de tourisme) et le Championnat ITC (International Touring Car).
Sans l’ombre d’un doute, Nicola Larini a connu ses plus grands succès dans les courses de voitures de tourisme, où il a principalement couru pour Alfa Romeo. Il a également remporté des victoires dans le cadre du championnat de Formule 3 d’Italie en 1986, du championnat Superturismo d’Italie en 1992 et du championnat DTM de 1993. En 1995, il était membre de l’écurie de course Alfa Corse, participant aux championnats ITC (International Touring Car) et DTM (Deutsche Tourenwagen Meisterschaft).

Cela inclut le PDSF de base, les remises offertes, les options, l'écoprélèvement, la destination, la taxe fédérale sur la climatisation et les ajustements entrés (acompte, valeur de reprise et montant qui reste à payer sur le véhicule échangé).

Le PDSF représente le prix de détail suggéré du fabricant et inclut le transport. Le prix n'inclut pas les taxes, les frais d'assurance, les frais d'enregistrement et d'immatriculation, les frais d'administration du concessionnaire et les autres frais, ni le droit sur les pneus neufs (au Québec). Le concessionnaire peut vendre à prix moindre. Consultez votre concessionnaire pour obtenir tous les détails.

L'offre est calculée selon le « montant net », qui représente le prix « à partir de » plus les frais de transport (de 1 895 $ à 2 795 $), la taxe fédérale sur la climatisation et les frais d'écoprélèvement applicables. Le montant net n'inclut pas les taxes, les primes d'assurance, les frais d'enregistrement et d'immatriculation, les frais d'administration du concessionnaire, ni le droit sur les pneus neufs (au Québec), les frais d'enregistrement de privilège (jusqu'à 75,75 $, y compris les frais d'agent d'enregistrement, le cas échéant, et qui sont dus à la signature), ou la surtaxe de luxe (le cas échéant. Votre concessionnaire peut imposer une surtaxe de la taxe de luxe sur les véhicules dont le prix est supérieur à 100 000 $ en vertu de la Loi sur la taxe sur certains articles de luxe du gouvernement du Canada. Les paiements estimés, le coût d'emprunt et les frais de crédit totaux varieront en fonction du paiement de l'acompte ou de l'échange. Sur approbation de crédit sur les livraisons au détail éligibles. Les détaillants peuvent vendre moins cher. Consultez votre détaillant pour tous les détails. L'APR (le cas échéant) est le taux d'intérêt effectif qui comprend l'argent du consommateur auquel les clients de financement à taux inférieur renoncent en tant que coût d'emprunt. Pour plus de détails sur l'offre, cliquez ici. Loi sur la taxe sur les articles de luxe. La valeur réelle de la surtaxe de luxe sera calculée sur la base du prix de vente négocié final du véhicule (avant les taxes applicables) et représentera le moindre de : (i) 10 % du prix de vente du véhicule ; ou (ii) 20 % du prix de vente négocié final qui dépasse le seuil de 100 000 $. Veuillez consulter votre concessionnaire ou visiter le site internet du gouvernement du Canada.

Les versements estimés sont calculés selon le « montant net », qui représente le prix « à partir de » plus les frais de transport (de 1 895 $ à 2 795 $), la taxe fédérale sur la climatisation et les frais d'écoprélèvement applicables. Sur approbation de crédit pour les livraisons au détail admissibles. Le montant net n'inclut pas les taxes, les primes d'assurance, les frais d'enregistrement et d'immatriculation, les frais d'administration du concessionnaire, ni le droit sur les pneus neufs (au Québec), les frais d'enregistrement de privilège (jusqu'à 75,75 $, y compris les frais d'agent d'enregistrement, le cas échéant, et qui sont dus à la signature), ou la surtaxe de luxe (le cas échéant. Votre concessionnaire peut imposer une surtaxe de la taxe de luxe sur les véhicules dont le prix est supérieur à 100 000 $ en vertu de la Loi sur la taxe sur certains articles de luxe du gouvernement du Canada. La valeur réelle de la surtaxe de luxe sera calculée sur la base du prix de vente négocié final du véhicule (avant les taxes applicables) et représentera le moindre de : (i) 10 % du prix de vente du véhicule ; ou (ii) 20 % du prix de vente négocié final qui dépasse le seuil de 100 000 $. Veuillez consulter votre concessionnaire ou visiter le site Web du gouvernement du Canada pour plus de détails. Les versements estimés sont calculés selon la différence entre la valeur résiduelle et le montant net, en plus des frais financiers de location. Les versements estimés varient en fonction de l'acompte et de la valeur de reprise. Location à bas kilométrage limité à 18 000 km par an pour les véhicules Chrysler, Jeep®, Dodge, Ram et FIATMD, et à 16 000 km par an pour les véhicules Alfa Romeo. Des frais de 0,16 $ à 0,20 $ par kilomètre supplémentaire s'appliqueront à la fin du contrat de location des véhicules Jeep, Chrysler, Dodge, Ram et FIAT, plus les taxes applicables. Des frais de 0,20 $ à 0,30 $ par kilomètre supplémentaire, plus les taxes applicables, seront facturés à la fin du contrat de location des véhicules Alfa Romeo. Le TAP est le taux d'intérêt réel qui comprend une remise au comptant au consommateur qui réduit le coût de financement auxquels les clients qui optent pour la location renoncent en tant que coût d'emprunt. Pour en savoir plus, cliquez ici.

En Ontario, en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, en Alberta, au Manitoba et au Québec, le prix du concessionnaire comprend les frais de transport, la taxe sur la climatisation, les frais des Conseils ontarien et albertain du commerce des véhicules automobiles, la taxe sur les pneus, les frais d'administration et les autres frais du concessionnaire. Il exclut les taxes, les frais d'immatriculation, les primes d'assurance et les droits sur les pneus neufs (au Québec). Dans les provinces maritimes et les territoires, le prix du concessionnaire peut ne pas comprendre les frais de transport (1 895 $), la taxe sur la climatisation, la taxe sur les pneus, les frais d'administration et les autres frais du concessionnaire, et exclut les taxes, les frais d'immatriculation et les primes d'assurance. Le prix et les offres peuvent faire l'objet de modifications sans préavis et peuvent être inexacts. Consultez votre concessionnaire pour obtenir tous les détails.

Le prix « à partir de » représente le prix de détail suggéré par le fabricant (PDSF) moins les remises en vigueur accordées par le constructeur et qui permettent au concessionnaire de vendre à prix moindre. Taxes, assurances, immatriculation, permis, frais d'administration du détaillant, droits sur les pneus neufs (au Québec), et la surtaxe de luxe (le cas échéant) non incluse. Votre concessionnaire peut imposer une surtaxe de la taxe de luxe sur les véhicules dont le prix est supérieur à 100 000 $ en vertu de la Loi sur la taxe sur certains articles de luxe du gouvernement du Canada. La valeur réelle de la surtaxe de luxe sera calculée sur la base du prix de vente négocié final du véhicule (avant les taxes applicables) et représentera le moindre de : (i) 10 % du prix de vente du véhicule ; ou (ii) 20 % du prix de vente négocié final qui dépasse le seuil de 100 000 $. Veuillez consulter votre concessionnaire ou visiter le site Web du gouvernement du Canada pour plus de détails. Les remises du constructeur peuvent varier de temps à autre et peuvent varier considérablement selon le modèle, le niveau de finition et le moteur sélectionnés. Veuillez consulter votre concessionnaire ou visiter la section Construction et prix pour obtenir de plus amples renseignements sur les prix. Le prix indiqué s'applique aux modèles de base. Les véhicules illustrés peuvent être des modèles de gamme supérieure. Taxes, frais de transport, primes d'assurance, frais d'enregistrement et d'immatriculation, frais d'administration du concessionnaire et droit sur les pneus neufs (au Québec) en sus. Le concessionnaire peut vendre à prix moindre.